Title Image

Blog

Publication – Avis du COMETS : Intégrer les enjeux environnementaux à la conduite de la recherche, Une responsabilité éthique

  |   Actualités

Le Comité d’éthique du CNRS (COMETS) publie un nouvel Avis : “Intégrer les enjeux environnementaux à la conduite de la recherche – Une responsabilité éthique” (n°2022-43), approuvé le 5 décembre 2022.

Le COMETS a été saisi par le PDG du CNRS de la question de l’impact environnemental de la recherche scientifique. Cette saisine s’inscrit dans un contexte d’interrogations profondes, au sein du monde de la recherche, sur la responsabilité de ce secteur à l’égard des défis environnementaux. Un très large accord se fait jour sur la nécessité que la recherche, comme toute activité, participe à l’effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Après avoir établi son bilan carbone, le CNRS travaille ainsi à la mise en place d’un plan de transition. Mais des divergences notables s’expriment quant aux directions concrètes à suivre. Faut-il désormais s’interdire toute recherche qui a ou peut avoir un impact environnemental négatif – terrain éloigné, expérimentation énergivore, intrusion dans un milieu fragile ? Comment articuler l’enjeu environnemental avec les injonctions a priori contradictoires « d’excellence » et de compétitivité de la recherche ? Faut-il que l’éthique de la recherche s’enrichisse désormais d’une « éthique environnementale » ? Cette orientation n’entraverait-elle pas la capacité de la recherche à produire des connaissances et des solutions innovantes, y compris pour répondre aux dégradations de l’environnement ? C’est parce qu’elle suscite de multiples questionnements sur les valeurs de la recherche, sa finalité et sa place face à un sujet majeur pour la société que la question de l’impact environnemental de la recherche, qu’il soit positif ou négatif, doit être appréhendée non pas seulement sous un angle scientifique ou politique, mais aussi sous un angle éthique.

Dans son avis, le COMETS estime d’abord que la prise en compte des impacts environnementaux de la recherche doit être considérée comme relevant de l’éthique de la recherche, au même titre que le respect de la personne humaine ou de l’animal d’expérimentation. Parce que l’éthique de la recherche, comme la notion de « recherche et innovation responsables », conduit à penser les effets de cette activité sur la société, il est de la responsabilité collective des personnels de recherche de prendre en compte sa dimension environnementale. […]

Le COMETS aborde ensuite la façon dont doit s’exercer, en situation concrète, la responsabilité du monde de la recherche à l’égard de l’environnement. Il ne lui revient pas d’arbitrer et d’estampiller comme « éthiques » ou « non éthiques » au regard de leur impact environnemental, les choix souvent complexes à opérer au nom de cette responsabilité (comment articuler la préservation de l’environnement avec d’autres impératifs de toute nature – santé humaine, formation des jeunes, souveraineté scientifique…– ? Faut-il privilégier le temps proche en s’interdisant une recherche polluante, ou le temps lointain en misant sur ce que cette recherche peut apporter de résultats potentiellement utiles à la préservation de l’environnement ?). C’est au monde de la recherche lui-même d’ouvrir en son sein un large débat sur ces questions. Pour le COMETS, il s’agit là d’une exigence première, bien avant toute mise en place d’instances ou de critères d’« évaluation environnementale » des projets de recherche, lesquels sont loin d’être inutiles mais pourraient contribuer à routiniser un questionnement qui exige avant toute chose d’être constitué en réflexion collective approfondie. Ce qui est en jeu, c’est en effet la sensibilisation des personnels mais aussi : le partage d’expériences novatrices entre laboratoires ; la recherche d’un bon équilibre entre frugalité des pratiques de recherche et trop plein d’exigences administratives ; l’échange entre des communautés de recherche dont les impacts sur l’environnement, les besoins et les objectifs sont très différents et entre lesquelles il convient de prévenir tout risque de stigmatisation et de clivage ; une réflexion d’ensemble sur les orientations de la recherche et la manière dont elles peuvent répondre à une demande croissante de justification par la société civile ; in fine, l’adoption de lignes de conduite. […]

Le COMETS a bien conscience des difficultés opérationnelles que ces préconisations soulèvent mais il estime que face à l’ampleur des défis à relever, le monde de la recherche ne peut faire l’économie d’une telle démarche.


Pour en savoir plus :