Atelier – Sciences et citoyens : la contribution “en amateur” à la connaissance scientifique, le 6 juin à Toulouse
Génotoul Sociétal Éthique & Biosciences Enjeux sociétaux liés à la génomique et aux biotechnologies
Génotoul Sociétal Éthique & Biosciences Enjeux sociétaux liés à la génomique et aux biotechnologies
3277
post-template-default,single,single-post,postid-3277,single-format-standard,elision-core-1.0.8,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-4.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
Title Image

Blog

Atelier – Sciences et citoyens : la contribution “en amateur” à la connaissance scientifique, le 6 juin à Toulouse

  |   Actualités

La Plateforme Ethique et Biosciences (Genotoul Societal) organise chaque année des ateliers thématiques de réflexion éthique, qui font intervenir des spécialistes du domaine puis laissent place à un débat avec les participants visant à encourager la réflexion et les échanges. Ils sont en priorité destinés à la communauté scientifique mais restent ouverts au grand public.

La thématique de cette année 2019 : “Sciences et citoyens : gouvernance, participation et diffusion des connaissances scientifiques”, s’organise en 3 volets de la manière suivante :

  • Volet 1: La participation dans l’élaboration et l’évaluation des politiques scientifiques, le 11 avril
  • Volet 2 : La participation à des projets de recherche, le 9 mai
  • Volet 3 : La contribution “en amateur” à la connaissance scientifique, le 6 juin 

Résumé (Volet 3) :

La production de savoir et de la connaissance est une des missions de la recherche académique. Cependant, force est de constater que cette activité s’est peu à peu éloignée de la société civile, cantonnant l’excellence du savoir à la fameuse tour d’ivoire. Ainsi, on assiste à un désintéressement de la société pour les réponses que peuvent apporter la science et à un fossé qui se creuse entre la recherche académique qui se déconnecte des réels enjeux sociétaux et le besoin pour les citoyens et citoyennes de pouvoir bénéficier de la science pour améliorer leur qualité de vie. Cependant, la production de connaissance dans sa conceptualisation et sa pratique est à la portée de toutes et tous et permet ainsi de repositionner les priorités pour que la science est un réel impact sociétal.

C’est dans ce contexte que les sciences participatives prennent leur essor, sous des formes toutes aussi variées que les problématiques soulevées : la santé, l’environnement, la biodiversité, notamment. Dans ce cadre, les chercheur.e.s « professionnels » peuvent être impliqués mais l’originalité et la force viennent de ces recherches « en amateur » qui aboutissent à des résultats présentés autrement que dans des journaux scientifiques académiques et ayant des conséquences concrètes sur la société civile. Les méthodes d’acquisition de connaissances dans ce contexte sont à élaborer en amont afin de pouvoir répondre à des critères de qualité permettant de valoriser ce savoir produit « hors les murs du laboratoire ».

Cet atelier permettra d’aborder la question de la contribution « en amateur » à la connaissance scientifique, à travers des initiatives mises en place, mais aussi des structures qui permettent d’appuyer et de soutenir de telles démarches.

Date : le jeudi 6 juin de 13h30 à 17h

Lieu : Faculté de Médecine, 37 allées Jules Guesde, Bâtiment B, 2ème étage,Toulouse – Salle Biologie cellulaire du haut

Animatrice : Laurence Huc, Chargée de recherche INRA en toxicologie alimentaire, Responsable de l’équipe Contaminants & Stress cellulaire, ToxAlim UMR 1331 INRA-INP-UPS et Membre de la Plateforme Ethique et Biosciences (Genotoul Societal).

Intervenants :

  • Mélina Macouin, Chercheuse au CNRS, Laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (GET), Observatoire Midi-Pyrénées – CNRS/UPS/IRD/CNES – « Sciences participatives : Quand les toulousains hébergent des capteurs passifs pour le suivi des particules émises par la circulation »
  • François Montastruc, Docteur, Chef de Clinique du service de Pharmacologie Médicale et Clinique du CHU de Toulouse, Centre Régional de PharmacoVigilance (CRPV), UMR 1027 Inserm – Université Toulouse III Paul Sabatier – « VigiBIP® une application mobile pour rendre les médicaments plus sûrs »
  • Brice Navereau, Docteur en Géographie-Aménagement, Chercheur associé au LISST-Cieu (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires, UMR 5193, EHESS), Université Toulouse II Jean Jaurès, Fondateur de la Jeune Entreprise Universitaire Echelles et Territoires « IRCOT : Plateforme d’expertise sur les initiatives de recherches collaboratives sur le site de l’Université de Toulouse »

[Inscription gratuite mais recommandée – Fiche d’inscription]


Pour en savoir plus :